Archives de l’auteur : alehmans

Culture des données et place de la norme

La question des normes appliquée au contexte des données ouvertes, a fait l’objet d’une réflexion dans une communication au colloque COSSI 2018. Le projet d’ouverture des données se situe dans la perspective des communs de la connaissance et d’un développement durable du partage de l’information. Pour qu’un jeu de données ouvertes soit utilisable, il doit correspondre à des exigences de format, de standard et de licence qui sont incontournables. On est ici dans le cas des normes numériques précisément décrites par Jacques Perriault, et qui conditionnent l’interopérabilité des systèmes.La normalisation est au cœur des règles de gouvernance et de l’utilisabilité des données ouvertes dans les contextes professionnels ou d’apprentissage. Les diffuseurs de données le savent et travaillent sur la gouvernance de l’information principalement autour de la normalisation des pratiques professionnelles autour des données pour leur diffusion. L’ouverture des données, au-delà des objectifs de transparence, de participation et d’innovation, a un premier effet très concret de remise en question des pratiques hétérogènes de services qui travaillaient « en silos » dans les collectivités territoriales notamment, vers une uniformisation et la constitution d’écosystèmes plus ouverts. Certains agents des collectivités que nous avons interrogés se mobilisent très précisément dans ce travail de normalisation.

Continuer la lecture

Quand la donnée perturbe le rapport des professionnels à la connaissance : les évolutions de la culture de l’information

Partagée ou experte, la culture de l’information s’est cristallisée autour des discours sur la société de l’information et la lutte contre la fracture ou la fragmentation numérique. Cependant, depuis quelques années, on voit surgir un pôle qui semble absorber toutes les pratiques et tous les discours, celui du numérique. Qu’il s’agisse d’information pour comprendre le monde, pour apprendre ou pour travailler, elle passe nécessairement désormais par l’usage de technologies numériques, tant au niveau des techniques, que des contenus ou des dispositifs dédiés. Un glissement s’est ainsi opéré, jusqu’à ce que l’on puisse aujourd’hui s’interroger sur le statut de l’information, qui paraît avoir disparu dans le tout “numérique”.

Continuer la lecture

Une ouverture cognitive et communicationnelle de la pédagogie par la construction de l’information dans l’espace public

Lors du colloque de l’ARFISE Coopération, Éducation, Formation — pour relever les défis du XXIe siècle, 10-12 juillet, Bordeaux, une partie de la communication de Camille Capelle, Anne Lehmans et Vincent Liquète était consacrée à une réflexion sur la place des données ouvertes dans le cadre des pédagogies actives. Voici un extrait de cette communication.

Continuer la lecture

Définir la donnée

La question des données ou « data » est à considérer dans le cadre plus large de l’émergence, dans le champ des techniques, des savoirs, et des imaginaires, de la donnée comme élément central des stratégies d’information et de connaissance à l’échelle macrosociale. Cette émergence correspond à un mouvement d’externalisation de la connaissance vers l’environnement (Cardon 2014, 2015) qui interpelle directement les gestionnaires et les spécialistes de l’information.

La donnée

On considère a minima 3 sens :

  • le premier sens à visée “informationnelle” : la donnée est un élément d’information servant de point de départ à un raisonnement (dont la traduction anglaise est « information ») ;
  • le second sens de nature “mathématiques” : la donnée est un élément servant à résoudre un problème (dont la traduction anglaise est « facts ») ;
  • le troisième sens issu de “l’informatique” : la donnée est une représentation d’une information en vue d’un traitement automatique. Il s’agit finalement d’informations utilisées par un logiciel. Ces données peuvent être créées par l’utilisateur ou par le programme lui-même (dont la traduction anglaise est « data »).

Continuer la lecture

Culture de la donnée, gouvernance et bricolages

La mise en place plus ou moins spontanée de procédures d’ouverture des données soulève des questions culturelles liées à des savoirs, des pratiques, des valeurs et des représentations partagés (Liquète, 2014). On a vu que si la participation est valorisée, cette dimension culturelle devient centrale. Simon Chignard, expert et militant de l’ouverture des données, parle d’une “bataille culturelle” à mener pour trois acteurs : les producteurs de données qui les diffusent, les utilisateurs de la donnée primaire qui créent des applications ou des services par exemple, et les utilisateurs finaux, les usagers. On peut ajouter un quatrième acteur qui a émergé sur la scène de la donnée ouverte, dans la brèche culturelle qui s’est révélée, les médiateurs.

Les politiques d’ouverture des données mises en place ne rencontrent pas encore l’adhésion des organisations pour un passage à l’échelle globale, malgré l’existence de nombreuses expériences locales très positives. Le projet sur la médiation des données pour l’éducation a pour but d’analyser les conditions de construction d’un véritable culture de l’information intégrant la donnée chez les enseignants qui pourraient en faire un usage pédagogique. Il met en relation la question de l’éducation et de la formation aux données avec celle de leur gouvernance dans les organismes publics et privés chargés de les diffuser, qui appelle de nouvelles compétences et connaissances. Il s’intéresse à la façon dont se construit l’offre de jeux de données au sein de l’écosystème informationnel régional, et aux liens à construire avec les professionnels de l’éducation, de la formation et les associations pour former aussi bien les jeunes que tous les acteurs de la société aux données et à leur appropriation. Il s’agit de faire émerger une culture partagée des données, enjeu de leur réappropriation effective par la société civile et dans les entreprises. Mais cette culture prend racine dans les organisations qui produisent les données.

Continuer la lecture

La gouvernance des données : transparence, participation, innovation

L’ouverture des données publiques confirme le mouvement démarré en France en 1978 par la loi créant la commission d’accès aux documents administratifs. Le mouvement d’ouverture des données s’est accéléré depuis la création d’un grand portail data.gouv.fr en 2011 dans sa première version et de la mission Etalab, les lois Valter (sur la gratuité des informations publiques) en 2015 et Lemaire (loi pour une République numérique) en 2016. Dann Goncalves et Samuel Rufat rappellent que l’expression Open data vient de la recherche publique environnementale et que le concept a été créé pour répondre à un triple besoin : partager les données pour favoriser une réflexion globale, baisser le coût de ce partage, et favoriser la participation.

Continuer la lecture

Données ouvertes en éducation et connaissances partagées

Présentation ESPE-Canope lehmans capelle diapo07022017

Une intervention lors de la journée académiques des professeurs documentalistes de la Gironde a permis de réfléchir à la place des données dans l’éducation à l’information aujourd’hui et dans la construction de connaissances partagées.

EIDOS 2017 : forum des pratiques numériques pour l’éducation

https://eidos64.fr/eidos-2017/

Atelier : Data cultures

La donnée devient centrale dans la société et dans l’éducation. Elle peut être abordée comme une question liée à l’informatique mais aussi comme un enjeu culturel et social majeur. A travers trois projets de recherche inscrits dans des problématiques éducatives, nous proposons d’aborder la donnée comme :
– un élément de base de construction des connaissances sur l’information (projet médiation et valorisation des données pour l’éducation)
– un facteur de risques que les élèves doivent savoir maîtriser (projet eR!sk)
– un objet de construction de compétences dans la manipulation des langages informatiques, du numérique et de la robotique (projet Perseverons)
Camille Capelle, Maître de Conférences – Université de Bordeaux (ESPE/IMS)
Anne Lehmans, Maître de conférences – Université de Bordeaux (ESPE/IMS)
Vincent Liquète, Professeur des universités – Université de Bordeaux (ESPE/IMS)