Des données pour des usages en éducation

Les “données ouvertes” (open data) désignent des chiffres, relevés, mesures, réponses à des enquêtes, statistiques, comptages, et autres données quantitatives collectées par les organismes publics ou privés et mises à disposition en format numérique sur des plateformes nationales ou locales permettant leur accès et leur réutilisation par les citoyens ou les entreprises.

Essentiellement quantitatives, elles peuvent être traitées, triées, croisées, exploitées, et visualisées à des fins de recherche, de développements ou d’enseignement. Elles ont des caractéristiques spécifiques dans l’économie de l’information, puisqu’elles sont variées, gratuites (même si elles ont un coût de production pour la collectivité), ouvertes et exploitables, mais ne peuvent avoir de sens sans traitements informationnels permettant leur intégration aux activités des professionnels ou du public (analyse, évaluation, visualisation, cartographie, etc.).

Si la transparence et la participation sont au coeur du discours politique sur l’ouverture des données, leur utilisation correspond à des stratégies informationnelles spécifiques. Leur mise à disposition et leur accessibilité publique s’inscrivent dans un projet d’ouverture et de partage d’informations et dans une logique de “communs de la connaissance” (Hess et Ostrom, 2007) qui a introduit une possibilité de “gouvernance” ouverte particulière et un nouvel enjeu de société pour les citoyens, dont l’école peut se saisir. Leur traitement nécessite des compétences informationnelles, documentaires mais aussi techniques (informatiques) et soulève les questions socio-économiques, politiques ou géographiques.

Manipuler ce type de données peut ainsi permettre de découvrir et de développer une culture numérique telle qu’elle est présentée par exemple dans l’Education aux Médias et à l’Information dès le collège en cycle 3 ou dans le programme d’enseignement au lycée en Informatique et Création Numérique. Pourtant, jusqu’à présent, les données ouvertes restent encore largement en dehors de l’écosystème informationnel de la plupart des structures de formation. Les enseignants n’ont pas toujours les moyens d’en prendre connaissance, ni de se former ou de les utiliser, encore moins de les organiser dans une dynamique de formation pour valoriser collectivement les transferts de savoirs. Faire entrer ces données dans l’enseignement nécessite l’implication d’une chaîne d’acteurs qu’il faut mobiliser dans une dynamique collaborative.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.