Culture des données et place de la norme

La question des normes appliquée au contexte des données ouvertes, a fait l’objet d’une réflexion dans une communication au colloque COSSI 2018. Le projet d’ouverture des données se situe dans la perspective des communs de la connaissance et d’un développement durable du partage de l’information. Pour qu’un jeu de données ouvertes soit utilisable, il doit correspondre à des exigences de format, de standard et de licence qui sont incontournables. On est ici dans le cas des normes numériques précisément décrites par Jacques Perriault, et qui conditionnent l’interopérabilité des systèmes.La normalisation est au cœur des règles de gouvernance et de l’utilisabilité des données ouvertes dans les contextes professionnels ou d’apprentissage. Les diffuseurs de données le savent et travaillent sur la gouvernance de l’information principalement autour de la normalisation des pratiques professionnelles autour des données pour leur diffusion. L’ouverture des données, au-delà des objectifs de transparence, de participation et d’innovation, a un premier effet très concret de remise en question des pratiques hétérogènes de services qui travaillaient « en silos » dans les collectivités territoriales notamment, vers une uniformisation et la constitution d’écosystèmes plus ouverts. Certains agents des collectivités que nous avons interrogés se mobilisent très précisément dans ce travail de normalisation.

Ainsi, pour un responsable d’un collectivité territoriale dans la région Nouvelle Aquitaine, sensibilisé par son parcours professionnel d’archiviste, « on a aussi participé à l’élaboration d’un manuel de bonnes pratiques, qu’on a mené avec une société du coin qui est spécialisée dans tout ce qui est normalisation, qualité, standard. C’est l’idée qui avait émergé d’un BarCamp à Bordeaux, un forum ouvert, donc on a classé 72 bonnes pratiques dans 12 thématiques, trois niveaux, qui devaient guider tous les producteurs de données, animateurs de portails, pour savoir un peu comment mener une bonne politique de publications open data. Et de là, j’ai travaillé avec le W3C, qui est un organisme de normalisation internationale sur le standard DCAT, qui est un standard de description de jeux de données ouverts, qui du coup est passé du W3C à la commission européenne et ils en ont fait un profil d’implémentation… ». Tous les agents qui s’impliquent dans l’ouverture des données évoquent la question de la normalisation

Ce travail de normalisation, non seulement modifie les pratiques informationnelles des différents services, mais crée également de nouveaux services liés au cycle de vie de la donnée. Ainsi, toujours dans la région Aquitaine, l’ouverture du portail de données ouvertes « a été l’opportunité de créer cette Direction Innovation Aménagement Numérique, et ce service de la valorisation de la donnée qui a pour ambition de rendre exploitable et d’exploiter tout notre patrimoine de données de la collectivité. Rendre exploitable, c’est mieux structurer nos systèmes d’informations, le normaliser, s’assurer, qu’à l’échelle nationale, on utilise tous les mêmes nomenclatures pour nos bases de données parce qu’on a tous le même métier, au final, entre les différentes collectivités… ».

La normalisation est transparente pour les utilisateurs, qui, de leur côté, ne perçoivent pas l’importance des normes pour l’utilisabilité mais sont centrés sur l’accessibilité des données et l’accompagnement des usages. Certains, comme cet enseignant en sciences économiques, sont conscients des problèmes que pose l’hétérogénéité des formats de données en l’absence de normes : « Ces données ouvertes, sont pour moi, des données qui ont une licence qui leur permet de pouvoir être exploitées et donc, il faut une politique volontariste pour la diffusion de ces données…avec un enjeu, aussi, qui est un enjeu technique, c’est-à-dire que…elles peuvent être publiées sous un format qui peut être très différents les uns des autres…et donc, il faut avoir aussi la capacité de pouvoir traiter cette information disparate, hétérogène. » Les données ouvertes sont encore peu utilisées en contexte scolaire, parce qu’elles exigent des manipulations qui prennent du temps, des formes d’accompagnement et de médiation qui sont encore en construction. Surtout, elles relèvent de normes complexes et nombreuses qui ne sont pas vraiment perceptibles ni comprises dans le système scolaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.