Quand la donnée perturbe le rapport des professionnels à la connaissance : les évolutions de la culture de l’information

Partagée ou experte, la culture de l’information s’est cristallisée autour des discours sur la société de l’information et la lutte contre la fracture ou la fragmentation numérique. Cependant, depuis quelques années, on voit surgir un pôle qui semble absorber toutes les pratiques et tous les discours, celui du numérique. Qu’il s’agisse d’information pour comprendre le monde, pour apprendre ou pour travailler, elle passe nécessairement désormais par l’usage de technologies numériques, tant au niveau des techniques, que des contenus ou des dispositifs dédiés. Un glissement s’est ainsi opéré, jusqu’à ce que l’on puisse aujourd’hui s’interroger sur le statut de l’information, qui paraît avoir disparu dans le tout “numérique”.

Ce glissement n’est pas anodin et il imprègne profondément les sciences de l’information et de la communication. Il relève en partie d’une forme de technocentrisme dont on peut regretter, avec Dominique Wolton, les biais idéologiques et les conséquences politiques. Ainsi, une nouvelle idéologie à caractère utopique se présente, visant à la fois à convaincre de la nécessité d’une plus grande transparence et d’une meilleure efficacité des modes de traitement des données. Elle est confirmée par la montée en puissance des pensées de la technique, y compris dans les sciences de l’information et de la communication. Le glissement imprègne également les pratiques et les discours sociaux et politiques. La culture de l’information a intégré la question des données entendue dans un large spectre qui va de compétences informatiques pour produire de l’information à l’aide de jeux de données, jusqu’à la conscience et la maîtrise des données personnelles, et à la culture des sources consistant à connaître et utiliser le plus largement possible les offres et services des écosystèmes informationnels mis à disposition. Nous avons vu émerger une confusion grandissante entre information et numérique, comme entre donnée et information. C’est le cas chez les usagers de l’information que sont les jeunes publics, en contexte scolaire ou non, chez les professionnels qui organisent leurs systèmes d’information autour des apports et des contraintes du numérique, les professionnels de l’information en particulier, qui ont restructuré leur champ d’expertise autour du numérique. Et c’est toute la chaîne des métiers de la documentation et de la gestion de l’information qui s’en trouve perturbée.

On peut considérer la culture de l’information comme un « concept vivant » visant à permettre à tout individu de décrypter et de comprendre l’environnement informationnel, technique, médiatique dans lequel il évolue ou auquel il doit faire face, qu’il soit dans un contexte scolaire, universitaire, ou professionnel, culturel, social. Par conséquent, la culture de l’information est une forme de méta-culture qui dépasse les considérations locales, toutes formes de territorialisation, de spécificités séculières, notamment techniques et médiatiques. Les modélisations, les certifications et les évolutions théoriques de l’information literacy aussi bien que des définitions de la culture de l’information ont intégré progressivement la question numérique, puis celle des données. On est passé rapidement d’une conception utilitaire et technocentrée de l’information literacy à une conception plus stratégique intégrant les usages de l’information dans l’espace public, d’une vision centrée sur les supports documentaires de l’information à une vision ouverte sur la diversité des modes d’accès à l’information et des compétences nécessaires pour en faire usage, d’une conception performative des activités à une conception réflexive et critique. Dans ces évolutions, la donnée est venue prendre sa place, comme objet de connaissance de l’information. Le concept de translittératie prend appui sur les pratiques réelles, intuitives des individus autant que sur leurs pratiques scolaires ou formelles. Il repose sur le présupposé que l’individu est porteur de compétences, sinon de connaissances, acquises à travers des pratiques quotidiennes, ludiques ou communicationnelles. 

Avec l’essor de la donnée, la relation à l’information et la gestion des connaissances se sont structurées autour de trois pôles complémentaires qui viennent modifier les cadres de pensée et d’analyse jusqu’alors stabilisés. Dans sa relation à l’information, la donnée peut être définie comme le point de départ de l’information, un élément servant à résoudre un problème ou la représentation d’une information en vue d’un traitement par une machine (data). Ces éléments, désormais ouverts dans le cadre des politiques d’open data, permettent ou imposent des modèles d’organisation des connaissances autour de politiques d’accès et d’usages de l’information profondément renouvelées. La mise en place plus ou moins spontanée, puis institutionnalisée dans la loi pour une République numérique, de procédures d’ouverture des données, soulève des questions culturelles liées à des savoirs, des pratiques, des valeurs et des représentations partagés. Simon Chignard, expert et militant de l’ouverture des données, parle d’une “bataille culturelle” à mener pour trois acteurs : les producteurs de données qui les diffusent, les utilisateurs de la donnée primaire qui créent des applications ou des services par exemple, et les utilisateurs finaux, les usagers. On peut ajouter un quatrième acteur qui a émergé sur la scène de la donnée ouverte, dans la brèche culturelle qui s’est révélée, les médiateurs notamment du numérique.

Les interrogations sur la gouvernance des données dans les organisations les placent au centre de la réflexion sur la question des conditions d’existence, de circulation et de transformation de l’information. Au-delà des compétences techniques, notamment informatiques, mais aussi liées aux méthodes de collecte et de relevé des données, c’est véritablement un ensemble de pratiques informationnelles, de représentations techniques et sociales et de savoirs partagés qui est en jeu, ce qui définit le coeur même d’une culture dans la construction de l’identité professionnelle. Cette culture n’est pas exclusivement informatique et technique. Par exemple, on notera la similitude entre le modèle de gestion des jeux de données et le courant celui bien plus ancien de la gestion et de la mise à disposition des documents dans la chaîne documentaire. Les anglo-saxons évoquent le cycle de vie de la donnée. 

Au-delà de la prise en considération des contraintes techniques et économiques fortes dans le traitement des données ouvertes comme dans celui des données de la recherche, la gouvernance interroge la possibilité d’une participation citoyenne à la gestion du cycle de vie de l’information, dans la lignée du courant des folksonomies pour les indexations de ressources. Mais cette question, au coeur des principes de gouvernance de l’information dans les entreprises, n’apparaît pas de façon évidente dans les discours et dans les normes concernant les données ouvertes. Elle appelle des formes d’explicitation des décisions et des procédures, de responsabilisation et de dialogue, parfois de confidentialité, entre les acteurs de l’ouverture aussi bien qu’avec les usagers des données. Elle est complexe, en rupture par rapport à la culture administrative française, et croise des questions qui relèvent de l’expertise technologique. Des types de légitimité contradictoires sont en jeu, l’une axée sur la démocratie et le dialogue, l’autre sur l’expertise technique et l’efficacité. Elle appelle de nouvelles formes de médiations.  

Les professionnels de la documentation et de l’information sont progressivement passés du stade de prescripteurs et de fournisseurs de ressources pour renforcer la connaissance auprès des usagers, à celui de médiateurs de savoirs, en lien direct et indirect avec les producteurs et les usagers et davantage actifs et acteurs dans la co-production des savoirs et dans l’orientation au milieu des gisements proposés. Ainsi, quatre niveaux de pratique semblent être en jeu comme la réception, la réutilisation, la production et la diffusion des données (Labelle) auquel nous ajoutons la communication autour des connaissances (Liquète, De lourdes Oliveira, Marques Salgueiro, 2017).Parmi ces professionnels, les professeurs documentalistes du système éducatif français voient leur rôle profondément transformé, dans une dynamique tendant vers des processus de médiation plus que d’enseignement. Cette dynamique concerne l’ensemble des enseignants, qui, dans certaines situations de projet, deviennent également des médiateurs et accompagnent les élèves dans la production ou la transformation de données. 

Finalement, le rapport à la connaissance semble se modifier avec l’émergence de la question de la donnée dans la culture de l’information. Les structures documentaires sont appelées à produire et rendre accessibles les métadonnées des jeux de données de recherche par exemple. Cependant, le rôle des services documentaires est à redéfinir, tant au niveau des formats que des standards à mobiliser. Progressivement, on passe à une logique d’aide, d’accompagnement et de médiation à l’usager, qui remplace l’organisation des seuls accès. En sachant toutefois que tout traitement opéré est déjà une forme d’interprétation de la réalité qui peut finalement biaiser le sens premier de la donnée. Les modes de visualisation des données, notamment à travers l’infographie et la cartographie, sont des éléments sémiotiques essentiels qui guident le regard et l’interprétation de l’information.

Le chantier de la recherche autour des cultures, de l’information, du numérique, ou de la donnée est loin d’être stabilisé. Outre que ce domaine articule des niveaux politiques, sociaux, cognitifs et techniques complexes, la réalité des terrains d’observation donne à voir des tendances sociales encore multiples, variées et fragmentées. Nous voyons également apparaître de nouvelles recherches ou thèses doctorales qui démontrent que nous avons à faire face à des notions vivantes, instables nécessitant des analyses et des délimitations théoriques et pratiques. Ceci constitue un enjeu épistémologique central pour les sciences de l’information et de la communication.

Vincent Liquète, Anne Lehmans, d’après une communication au colloque international EUTIC,18-20 octobre 2017, Recife

Voir la présentation : Présentation EUTIC 2017 liquète lehmans

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *