Culture de la donnée, gouvernance et bricolages

La mise en place plus ou moins spontanée de procédures d’ouverture des données soulève des questions culturelles liées à des savoirs, des pratiques, des valeurs et des représentations partagés (Liquète, 2014). On a vu que si la participation est valorisée, cette dimension culturelle devient centrale. Simon Chignard, expert et militant de l’ouverture des données, parle d’une “bataille culturelle” à mener pour trois acteurs : les producteurs de données qui les diffusent, les utilisateurs de la donnée primaire qui créent des applications ou des services par exemple, et les utilisateurs finaux, les usagers. On peut ajouter un quatrième acteur qui a émergé sur la scène de la donnée ouverte, dans la brèche culturelle qui s’est révélée, les médiateurs.

Les politiques d’ouverture des données mises en place ne rencontrent pas encore l’adhésion des organisations pour un passage à l’échelle globale, malgré l’existence de nombreuses expériences locales très positives. Le projet sur la médiation des données pour l’éducation a pour but d’analyser les conditions de construction d’un véritable culture de l’information intégrant la donnée chez les enseignants qui pourraient en faire un usage pédagogique. Il met en relation la question de l’éducation et de la formation aux données avec celle de leur gouvernance dans les organismes publics et privés chargés de les diffuser, qui appelle de nouvelles compétences et connaissances. Il s’intéresse à la façon dont se construit l’offre de jeux de données au sein de l’écosystème informationnel régional, et aux liens à construire avec les professionnels de l’éducation, de la formation et les associations pour former aussi bien les jeunes que tous les acteurs de la société aux données et à leur appropriation. Il s’agit de faire émerger une culture partagée des données, enjeu de leur réappropriation effective par la société civile et dans les entreprises. Mais cette culture prend racine dans les organisations qui produisent les données.

Bricolages organisationnels et discours de l’efficience : revoir la gestion des métiers au détour des données

Face à l’injonction politique et  juridique, aux demandes provenant de la société civile ou aux choix délibérés d’ouverture des données, les collectivités doivent mettre en place des procédures de gestion dans l’urgence. Sur le plan des discours, elles sont contraintes à l’affichage d’une dynamique à laquelle elles ne sont pas toujours préparées et qui nécessite des formes d’acculturation et des réorganisations des procédures et des modes de travail. Les problématiques d’accessibilité et d’usabilité viennent perturber les fonctionnements de services cloisonnés dans la gestion des données (autour des directions des systèmes informatiques), de l’information et des documents, et mettent en relief sinon des dysfonctionnements, du moins des résistances au changement qui les placent en porte-à-faux avec les services chargés de la communication, d’une part, les politiques, d’autre part. Du point de vue de la gouvernance, l’impulsion et le dynamisme des politiques d’ouverture des données nécessitent des investissements importants. Les contenus et les modalités de cette gouvernance dépendent souvent de l’histoire de la politique.

Bricolages documentaires et discours de la transparence : documentarisation et contextualisation des données

On voit que la problématique de l’open data a fait émerger une culture nouvelle qui ne porte plus sur des domaines d’information spécialisés mais sur une base nécessairement commune de traitement de la donnée pour offrir son accès, son usabilité, sa pérennisation, et finalement son épaisseur. Les données de faible qualité sont inutilisables dans une logique de partage, et l’amélioration des la qualité des données apparaît comme une tâche complexe, collective, qui contraint les services à travailler de concert, souvent avec un accompagnement qui vient d’un médiateur ou d’un animateur. Les données de faible qualité sont celles qui sont périmées, non structurées et/ou pas lisibles par machine.

La métadonnée apparaît ainsi comme un élément pivot de la culture technique de la donnée, cristallisant des enjeux de compétence informationnelle. L’accompagnement à la création et la structuration de métadonnées est essentiel (Ben Abdallah, 2016).

Bricolages idéologiques et discours de la participation : hésitations entre coopération et isolement   

La gouvernance, sous toutes ses dimensions organisationnelle, normative, technique, politique, renvoie à des valeurs de référence qui sont à la base difficilement compatibles, comme on l’a vu. Trois visions sensiblement différentes sont à l’origine de l’open data : celle de l’Open Knowledge Foundation qui définit l’open data à partir des trois critères de la disponibilité et l’accès, la réutilisation et la redistribution, la participation universelle, la seconde qui « vise à une ouverture toujours plus large des données » (Goetha, 2012), celle des libertaires qui préconise la « Raw Data now ! » de Tim Berners-Lee. Une question importante et récurrente est celle du risque pour les citoyens. En effet, dans les croisements de grandes séries de données, avec l’expertise des analystes et la mise en place d’algorithmes, donc la mise en oeuvre de moyens que seuls les Etats ou les grandes entreprises du GAFAM peuvent actionner, il est tout à fait possible de faire ressortir de l’information stratégique (avec des risques sanitaires par exemple), bien-sûr, mais surtout personnelle, même si les données ouvertes sont anonymes. Pour un des acteurs interrogés, le caractère bricolé des données mises à disposition devient un instrument de prévention de ces risques. Mais il estime que les croisements de données sont possibles par l’administration qui est en train de faire tomber les derniers tabous de réutilisation du numéro de sécurité sociale ou d’autres clés d’identification, sous couvert d’amélioration et d’optimisation du service public. Le risque pour les libertés individuelles n’est donc pas négligeable.

Cette contradiction des systèmes de valeurs pose un problème réel que l’on retrouve dans le discours des acteurs :

–    Contradiction entre ouverture et efficience

–    Contradiction entre participation et innovation technologique et économique

–    Contradiction entre projet d’ouverture et risque

Anne Lehmans, extrait d’une communication au colloque ACFAS-COSSI, 9-10 mai 2017, Montreal


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *