Quand la donnée perturbe le rapport des professionnels à la connaissance : les évolutions de la culture de l’information

Partagée ou experte, la culture de l’information s’est cristallisée autour des discours sur la société de l’information et la lutte contre la fracture ou la fragmentation numérique. Cependant, depuis quelques années, on voit surgir un pôle qui semble absorber toutes les pratiques et tous les discours, celui du numérique. Qu’il s’agisse d’information pour comprendre le monde, pour apprendre ou pour travailler, elle passe nécessairement désormais par l’usage de technologies numériques, tant au niveau des techniques, que des contenus ou des dispositifs dédiés. Un glissement s’est ainsi opéré, jusqu’à ce que l’on puisse aujourd’hui s’interroger sur le statut de l’information, qui paraît avoir disparu dans le tout “numérique”.

Ce glissement n’est pas anodin et il imprègne profondément les sciences de l’information et de la communication. Il relève en partie d’une forme de technocentrisme dont on peut regretter, avec Dominique Wolton, les biais idéologiques et les conséquences politiques. Ainsi, une nouvelle idéologie à caractère utopique se présente, visant à la fois à convaincre de la nécessité d’une plus grande transparence et d’une meilleure efficacité des modes de traitement des données. Elle est confirmée par la montée en puissance des pensées de la technique, y compris dans les sciences de l’information et de la communication. Le glissement imprègne également les pratiques et les discours sociaux et politiques. La culture de l’information a intégré la question des données entendue dans un large spectre qui va de compétences informatiques pour produire de l’information à l’aide de jeux de données, jusqu’à la conscience et la maîtrise des données personnelles, et à la culture des sources consistant à connaître et utiliser le plus largement possible les offres et services des écosystèmes informationnels mis à disposition. Nous avons vu émerger une confusion grandissante entre information et numérique, comme entre donnée et information. C’est le cas chez les usagers de l’information que sont les jeunes publics, en contexte scolaire ou non, chez les professionnels qui organisent leurs systèmes d’information autour des apports et des contraintes du numérique, les professionnels de l’information en particulier, qui ont restructuré leur champ d’expertise autour du numérique. Et c’est toute la chaîne des métiers de la documentation et de la gestion de l’information qui s’en trouve perturbée.

On peut considérer la culture de l’information comme un « concept vivant » visant à permettre à tout individu de décrypter et de comprendre l’environnement informationnel, technique, médiatique dans lequel il évolue ou auquel il doit faire face, qu’il soit dans un contexte scolaire, universitaire, ou professionnel, culturel, social. Par conséquent, la culture de l’information est une forme de méta-culture qui dépasse les considérations locales, toutes formes de territorialisation, de spécificités séculières, notamment techniques et médiatiques. Les modélisations, les certifications et les évolutions théoriques de l’information literacy aussi bien que des définitions de la culture de l’information ont intégré progressivement la question numérique, puis celle des données. On est passé rapidement d’une conception utilitaire et technocentrée de l’information literacy à une conception plus stratégique intégrant les usages de l’information dans l’espace public, d’une vision centrée sur les supports documentaires de l’information à une vision ouverte sur la diversité des modes d’accès à l’information et des compétences nécessaires pour en faire usage, d’une conception performative des activités à une conception réflexive et critique. Dans ces évolutions, la donnée est venue prendre sa place, comme objet de connaissance de l’information. Le concept de translittératie prend appui sur les pratiques réelles, intuitives des individus autant que sur leurs pratiques scolaires ou formelles. Il repose sur le présupposé que l’individu est porteur de compétences, sinon de connaissances, acquises à travers des pratiques quotidiennes, ludiques ou communicationnelles. 

Avec l’essor de la donnée, la relation à l’information et la gestion des connaissances se sont structurées autour de trois pôles complémentaires qui viennent modifier les cadres de pensée et d’analyse jusqu’alors stabilisés. Dans sa relation à l’information, la donnée peut être définie comme le point de départ de l’information, un élément servant à résoudre un problème ou la représentation d’une information en vue d’un traitement par une machine (data). Ces éléments, désormais ouverts dans le cadre des politiques d’open data, permettent ou imposent des modèles d’organisation des connaissances autour de politiques d’accès et d’usages de l’information profondément renouvelées. La mise en place plus ou moins spontanée, puis institutionnalisée dans la loi pour une République numérique, de procédures d’ouverture des données, soulève des questions culturelles liées à des savoirs, des pratiques, des valeurs et des représentations partagés. Simon Chignard, expert et militant de l’ouverture des données, parle d’une “bataille culturelle” à mener pour trois acteurs : les producteurs de données qui les diffusent, les utilisateurs de la donnée primaire qui créent des applications ou des services par exemple, et les utilisateurs finaux, les usagers. On peut ajouter un quatrième acteur qui a émergé sur la scène de la donnée ouverte, dans la brèche culturelle qui s’est révélée, les médiateurs notamment du numérique.

Les interrogations sur la gouvernance des données dans les organisations les placent au centre de la réflexion sur la question des conditions d’existence, de circulation et de transformation de l’information. Au-delà des compétences techniques, notamment informatiques, mais aussi liées aux méthodes de collecte et de relevé des données, c’est véritablement un ensemble de pratiques informationnelles, de représentations techniques et sociales et de savoirs partagés qui est en jeu, ce qui définit le coeur même d’une culture dans la construction de l’identité professionnelle. Cette culture n’est pas exclusivement informatique et technique. Par exemple, on notera la similitude entre le modèle de gestion des jeux de données et le courant celui bien plus ancien de la gestion et de la mise à disposition des documents dans la chaîne documentaire. Les anglo-saxons évoquent le cycle de vie de la donnée. 

Au-delà de la prise en considération des contraintes techniques et économiques fortes dans le traitement des données ouvertes comme dans celui des données de la recherche, la gouvernance interroge la possibilité d’une participation citoyenne à la gestion du cycle de vie de l’information, dans la lignée du courant des folksonomies pour les indexations de ressources. Mais cette question, au coeur des principes de gouvernance de l’information dans les entreprises, n’apparaît pas de façon évidente dans les discours et dans les normes concernant les données ouvertes. Elle appelle des formes d’explicitation des décisions et des procédures, de responsabilisation et de dialogue, parfois de confidentialité, entre les acteurs de l’ouverture aussi bien qu’avec les usagers des données. Elle est complexe, en rupture par rapport à la culture administrative française, et croise des questions qui relèvent de l’expertise technologique. Des types de légitimité contradictoires sont en jeu, l’une axée sur la démocratie et le dialogue, l’autre sur l’expertise technique et l’efficacité. Elle appelle de nouvelles formes de médiations.  

Les professionnels de la documentation et de l’information sont progressivement passés du stade de prescripteurs et de fournisseurs de ressources pour renforcer la connaissance auprès des usagers, à celui de médiateurs de savoirs, en lien direct et indirect avec les producteurs et les usagers et davantage actifs et acteurs dans la co-production des savoirs et dans l’orientation au milieu des gisements proposés. Ainsi, quatre niveaux de pratique semblent être en jeu comme la réception, la réutilisation, la production et la diffusion des données (Labelle) auquel nous ajoutons la communication autour des connaissances (Liquète, De lourdes Oliveira, Marques Salgueiro, 2017).Parmi ces professionnels, les professeurs documentalistes du système éducatif français voient leur rôle profondément transformé, dans une dynamique tendant vers des processus de médiation plus que d’enseignement. Cette dynamique concerne l’ensemble des enseignants, qui, dans certaines situations de projet, deviennent également des médiateurs et accompagnent les élèves dans la production ou la transformation de données. 

Finalement, le rapport à la connaissance semble se modifier avec l’émergence de la question de la donnée dans la culture de l’information. Les structures documentaires sont appelées à produire et rendre accessibles les métadonnées des jeux de données de recherche par exemple. Cependant, le rôle des services documentaires est à redéfinir, tant au niveau des formats que des standards à mobiliser. Progressivement, on passe à une logique d’aide, d’accompagnement et de médiation à l’usager, qui remplace l’organisation des seuls accès. En sachant toutefois que tout traitement opéré est déjà une forme d’interprétation de la réalité qui peut finalement biaiser le sens premier de la donnée. Les modes de visualisation des données, notamment à travers l’infographie et la cartographie, sont des éléments sémiotiques essentiels qui guident le regard et l’interprétation de l’information.

Le chantier de la recherche autour des cultures, de l’information, du numérique, ou de la donnée est loin d’être stabilisé. Outre que ce domaine articule des niveaux politiques, sociaux, cognitifs et techniques complexes, la réalité des terrains d’observation donne à voir des tendances sociales encore multiples, variées et fragmentées. Nous voyons également apparaître de nouvelles recherches ou thèses doctorales qui démontrent que nous avons à faire face à des notions vivantes, instables nécessitant des analyses et des délimitations théoriques et pratiques. Ceci constitue un enjeu épistémologique central pour les sciences de l’information et de la communication.

Vincent Liquète, Anne Lehmans, d’après une communication au colloque international EUTIC,18-20 octobre 2017, Recife

Voir la présentation : Présentation EUTIC 2017 liquète lehmans

 

De la visibilité à la médiation : l’open data et ses usages en éducation

Quelle place l’école fait-elle aux données en éducation ?

Ces dernières années, les programmes scolaires, notamment dans les enseignements disciplinaires du second degré, au niveau des lycées d’enseignement général et technologique, ont inscrit la nécessité de former les élèves aux données (data) et à leur utilisation. L’analyse de données était déjà au coeur des programmes en sciences économiques et sociales ou en sciences de gestion. Mais les tendances récentes concernent l’apparition des données au sens informatique, comme dans les programmes des classes de seconde dans l’option d’Informatique et Création Numérique et des classes de terminale scientifique pour l’option Informatique et Sciences Numériques. On y mentionne les données structurées, les langages de programmation, le cryptage de données ou encore les données de géolocalisation. L’importance prise par les données dans la société nécessite que l’école s’intéresse à ces objets et aux compétences qui y sont associées.

Continuer la lecture

Une ouverture cognitive et communicationnelle de la pédagogie par la construction de l’information dans l’espace public

 

Lors du colloque de l’ARFISE Coopération, Éducation, Formation — pour relever les défis du XXIe siècle, 10-12 juillet, Bordeaux, une partie de la communication de Camille Capelle, Anne Lehmans et Vincent Liquète était consacrée à une réflexion sur la place des données ouvertes dans le cadre des pédagogies actives. Voici un extrait de cette communication.

Les données ouvertes qui sont mises à disposition par les collectivités sur des plateformes ont vocation à être exploitées par les citoyens à des fins variées (pour s’informer, faire des recherches, communiquer, innover, etc…). L’ère du big data avec les masses de données qui sont collectées et disponibles implique de former des citoyens capables de les manipuler, mais aussi de les comprendre et de les analyser. L’institution scolaire et les enseignants ont donc un rôle à jouer pour permettre aux élèves, futurs citoyens, d’appréhender ces données, de comprendre leurs contenus et le processus ayant permis de les produire, et ainsi de développer les compétences nécessaires pour en faire usage. Dans le cadre d’un projet de recherche, nous avons enquêté sur les usages pédagogiques qui sont faits des données ouvertes. Nous avons identifié plusieurs enseignants dans l’académie de Bordeaux, une professeur des écoles, des enseignants en sciences économiques et sociales, en gestion, et technologie. L’enjeu de l’usage des données ouvertes est d’interroger la structure et le contenu de données préexistantes, la plupart du temps produites dans les collectivités. Selon leurs modalités de collecte et de mise à disposition, la construction de sens et la pertinence des informations produites hors contexte à partir de ces données sont loin d’être évidentes. L’analyse des scénarii pédagogiques construits par les enseignants et des savoirs mis en jeu pour les élèves, montre alors que les enseignants choisissent souvent de travailler à partir de la collecte et de la production des données, ce qui place l’élève dans la situation d’acteur de l’ensemble du processus de fabrication et facilite la compréhension et l’analyse des données qu’il est lui-même allé chercher. Ces pratiques pédagogiques reposent sur des scénarii participatifs et coopératifs, visant l’autonomisation des élèves, ce qui apparaît particulièrement congruent avec les propositions de Freinet et Dewey. Il faut souligner cependant certaines limites dans l’approche de ces derniers. Notamment la soif d’information “naturelle” de l’enfant n’est pas du tout une évidence, car la conscience de son besoin d’information se construit à travers un accompagnement nécessaire. C’est ce que montre l’analyse du processus de recherche d’information (Simonnot, 2007) qui suppose la construction préalable de connaissances. En effet, la soif d’information ne peut exister que si l’enfant peut constater la situation d’incertitude dans laquelle il se trouve, qui le conduit à chercher des réponses à partir cependant d’une méta-connaissance. Sans la conscience de cette situation et du fait qu’il peut trouver des réponses dans les documents, il ne peut pas agir. La soif d’information n’est donc pas naturelle mais construite dans le processus éducatif. Les travaux d’André Tricot (2004) en psychologie cognitive, par exemple, l’illustrent clairement.

Pour étayer cette conscience du besoin d’information dans la “vraie vie”, certains enseignants développent des projets autour de la cartographie collaborative en ligne. Il s’agit d’arpenter un territoire, d’observer, par exemple, des phénomènes précis autour de l’établissement scolaire, de collecter des données et des informations dans le but de les organiser pour construire des connaissances. Une professeure des écoles, qui mène ce type de projet avec sa classe, souligne que les élèves peuvent ainsi « construire leur propre représentation de ce que peut être internet, la culture contributive du réseau, la connaissance comme bien commun élaboré collectivement » à partir de l’expérience très concrète de la promenade. L’intention pédagogique est ici clairement liée à des choix et à un engagement de l’enseignante pour la culture du partage, la culture du libre, qui privilégie l’ouverture des données en tant que communs de la connaissance (Hess et Oström, 2007). D’autres enseignants guident les élèves pour leur permettre d’aller plus loin dans la participation de la vie politique de l’établissement et de la ville. Les élèves sont libres de choisir de travailler sur une thématique qui les intéresse (par exemple les places de parking pour handicapés dans la ville) et vont chercher les données, pour réaliser une cartographie et être à même de montrer l’absence et les besoins de places handicapés pour permettre l’accès à certains secteurs de la ville aux personnes empêchées. Enseigner cette culture du partage et de la participation passe alors par la mise en activité des élèves et la manipulation de logiciels et de techniques, impliquant des opérations telles que la conversion des formats des fichiers permettant d’organiser et de traduire des informations en données pour ensuite en favoriser l’interopérabilité. Les connaissances techniques mises au service d’un projet collaboratif et du besoin de partager l’information peuvent ainsi stimuler l’intérêt pour le développement de connaissances et de compétences avec les outils numériques. L’apprentissage des techniques permet alors de rendre les élèves autonomes et contribue à leur agilité pour évoluer dans un monde où la technologie est omniprésente et constitue un moyen d’agir pour ceux qui y sont formés. Si l’éducation nouvelle milite pour l’absence de programme et de cadre rigide pour favoriser des apprentissages issus de la vie réelle de l’élève, on voit ici que certains enseignants parviennent à concilier programmes (autour des questions de données, d’éducation morale et civique) et “vraie vie” en donnant du sens aux activités qui viennent enrichir le quotidien de l’élève. Cette construction du sens est en lien avec un projet politique et la question du droit des enfants à comprendre le monde dans lequel ils vivent pour agir sur lui. La capacité à manipuler des données pour construire de l’information et du savoir, d’une part, pour comprendre le fonctionnement des systèmes médiatiques et des industries de l’information, d’autre part, avec l’algorithmique par exemple, est au coeur de la construction du sujet, capable de produire, lire et critiquer.

 

Dewey, J. (2011). Démocratie et éducation, suivi de Expérience et éducation (1916). Paris : Armand Colin

Freinet, C. (1994) Oeuvres Pédagogiques, Tome 1, Editions du Seuil.

Hess, C., Ostrom, E., (dir.) (2007). Understanding Knowledge as a Commons : From Theory to Practice. Cambridge: The MIT Press.

Simonnot, B. (2007). Le besoin d’information : principes et compétences. Thémat’IC 2006, Information : besoins et usages, Mars 2006, France. IUT Robert Schuman, Strasbourg, p.40- 56.

Tricot, A. (2004). La prise de conscience du besoin d’information : une compétence documentaire fantôme ?, Docs pour docs en ligne [archive].

Traces sur les médias

Quand les data font évoluer la formation des élèves

Les données numériques prennent de plus en plus de place dans notre quotidien. La donnée nous renvoie à une forme de menace diffuse et envahissante. Les personnes, les objets, les espaces, les temps, les comportements sont tracés grâce aux données recueillies et traitées par les systèmes informatiques (Merzeau, 2009). Ces données concernent aussi bien les informations personnelles volontairement diffusées par les utilisateurs, que les traces d’utilisation, au sens d’empreintes, collectées via ces systèmes sans que les utilisateurs le sachent.
La prise de conscience de ce phénomène, souvent présenté dans les médias comme vertigineux, nous oblige à nous interroger sur la façon dont il est intégré dans l’éducation, l’école ayant une mission d’éducation aux médias et à l’information. En travaillant sur les modalités de cette éducation telle qu’elle est préconisée dans les textes et les ressources pédagogiques, et mise en place par les enseignants dans les classes, nous avons réalisé qu’elle passait essentiellement par une entrée centrée sur le danger et les risques numériques.
C’est l’étude publiée dans le dernier numéro de la revue COSSI intitulé « Bricolages, improvisations et résilience organisationnelle face aux risques informationnels et communicationnels ».

Lire l’article

Pour citer l’article :

Capelle, C., Lehmans, A., Morandi, F., Soumagnac, K. (2017). La formation face aux risques numériques : bricolages, improvisations et résilience institutionnelle liés aux usages des données ouvertes. Revue COSSI, n°2-2017, URL : http://www.revue-cossi.info/numeros/n-2-2017-bricolages-improvisations-et-resilience-organisationnelle-face-aux-risques-informationnels-et-communicationnels/658-2-2017-revue-capelle-lehmans-morandi-soumagnac

Définir la donnée

La question des données ou « data » est à considérer dans le cadre plus large de l’émergence, dans le champ des techniques, des savoirs, et des imaginaires, de la donnée comme élément central des stratégies d’information et de connaissance à l’échelle macrosociale. Cette émergence correspond à un mouvement d’externalisation de la connaissance vers l’environnement (Cardon 2014, 2015) qui interpelle directement les gestionnaires et les spécialistes de l’information.

La donnée

On considère a minima 3 sens :

  • le premier sens à visée “informationnelle” : la donnée est un élément d’information servant de point de départ à un raisonnement (dont la traduction anglaise est « information ») ;
  • le second sens de nature “mathématiques” : la donnée est un élément servant à résoudre un problème (dont la traduction anglaise est « facts ») ;
  • le troisième sens issu de “l’informatique” : la donnée est une représentation d’une information en vue d’un traitement automatique. Il s’agit finalement d’informations utilisées par un logiciel. Ces données peuvent être créées par l’utilisateur ou par le programme lui-même (dont la traduction anglaise est « data »).

Continuer la lecture

Culture de la donnée, gouvernance et bricolages

La mise en place plus ou moins spontanée de procédures d’ouverture des données soulève des questions culturelles liées à des savoirs, des pratiques, des valeurs et des représentations partagés (Liquète, 2014). On a vu que si la participation est valorisée, cette dimension culturelle devient centrale. Simon Chignard, expert et militant de l’ouverture des données, parle d’une “bataille culturelle” à mener pour trois acteurs : les producteurs de données qui les diffusent, les utilisateurs de la donnée primaire qui créent des applications ou des services par exemple, et les utilisateurs finaux, les usagers. On peut ajouter un quatrième acteur qui a émergé sur la scène de la donnée ouverte, dans la brèche culturelle qui s’est révélée, les médiateurs.

Les politiques d’ouverture des données mises en place ne rencontrent pas encore l’adhésion des organisations pour un passage à l’échelle globale, malgré l’existence de nombreuses expériences locales très positives. Le projet sur la médiation des données pour l’éducation a pour but d’analyser les conditions de construction d’un véritable culture de l’information intégrant la donnée chez les enseignants qui pourraient en faire un usage pédagogique. Il met en relation la question de l’éducation et de la formation aux données avec celle de leur gouvernance dans les organismes publics et privés chargés de les diffuser, qui appelle de nouvelles compétences et connaissances. Il s’intéresse à la façon dont se construit l’offre de jeux de données au sein de l’écosystème informationnel régional, et aux liens à construire avec les professionnels de l’éducation, de la formation et les associations pour former aussi bien les jeunes que tous les acteurs de la société aux données et à leur appropriation. Il s’agit de faire émerger une culture partagée des données, enjeu de leur réappropriation effective par la société civile et dans les entreprises. Mais cette culture prend racine dans les organisations qui produisent les données.

Continuer la lecture

La gouvernance des données : transparence, participation, innovation

L’ouverture des données publiques confirme le mouvement démarré en France en 1978 par la loi créant la commission d’accès aux documents administratifs. Le mouvement d’ouverture des données s’est accéléré depuis la création d’un grand portail data.gouv.fr en 2011 dans sa première version et de la mission Etalab, les lois Valter (sur la gratuité des informations publiques) en 2015 et Lemaire (loi pour une République numérique) en 2016. Dann Goncalves et Samuel Rufat rappellent que l’expression Open data vient de la recherche publique environnementale et que le concept a été créé pour répondre à un triple besoin : partager les données pour favoriser une réflexion globale, baisser le coût de ce partage, et favoriser la participation.

Si la transparence et la participation sont au coeur du discours politique sur l’ouverture des données, leur utilisation correspond à des stratégies informationnelles spécifiques. Leur mise à disposition et leur accessibilité publique s’inscrivent dans un projet d’ouverture et de partage d’informations et dans une logique de “communs de la connaissance” (Hess et Ostrom, 2007) qui a introduit une possibilité de “gouvernance” ouverte particulière et un nouvel enjeu de société pour les citoyens. Mais pour que les données ouvertes puissent être utilisées, leur traitement nécessite des compétences informationnelles, documentaires mais aussi techniques (informatiques) et soulève les questions socio-économiques, politiques ou géographiques. Il s’agit non seulement d’assurer l’accessibilité de méthodes et savoir-faire pour créer et exploiter les données ouvertes, mais aussi de construire activement une démocratie participative dans le contexte émergent des “villes intelligentes” tout en favorisant le développement économique régional, notamment dans le cadre de l’économie sociale et solidaire.

Le discours de la transparence relève en grande partie d’une utopie (Gallot, Verlaet, 2016) et d’une mise en scène de l’information. La transparence de l’action publique peut se décréter, mais l’ouverture et la mise à disposition de données nécessitent un réel effort, une volonté politique et sa mise en oeuvre par des services, donc des moyens. La mise à l’agenda politique et budgétaire de l’ouverture des données reste très inégale et hétérogène, soit parce que les enjeux de l’ouverture des données ne sont pas encore compris des collectivités territoriales et notamment des élus, parce qu’ils sont techniques et complexes, soit parce que l’ouverture met en danger l’image de la collectivité ou de l’administration et se heurte à de très fortes résistances (Goëta, Mabi, 2014). Par ailleurs, transparence et participation supposent que les citoyens sont capables de s’emparer des données, qu’ils ont la culture nécessaire pour en faire des usages variés (empowerment), mais rien n’est moins sûr. Les entreprises peuvent disposer de ces compétences qui nécessitent des moyens financiers pour développer, par exemple, des programmes (API), mais pour les citoyens, les usages potentiels sont beaucoup plus complexes. Ainsi, dans la double cible visée par l’ouverture des données, les entreprises et les citoyens, l’une est très dominante. Les objectifs du projet d’open government porté par des activistes du libre comme Lawrence Lessig, Tim O’Reilly ou Aaron Swartz, dans la réunion de Sébastopol, Califormie, en 2007, visant le développement d’un pouvoir de contrôle citoyen sur le gouvernement et la correction des asymétries d’information paraissent, 10 ans plus tard, très lointains encore. La participation citoyenne relève d’une complexité qui requiert la prise en compte des dimensions pragmatiques de la politique (Zask, 2014).

En revanche, les objectifs économiques de soutien à l’innovation par l’ouverture d’une manne informationnelle en direction des entreprises sont bien plus clairs et faciles à atteindre, et l’on voit se développer de nouveaux services développés à partir des données récupérées. L’innovation concerne essentiellement le monde économique et finalement, le risque est important de voir les politiques d’ouverture renforcer le pouvoir de ceux qui ont les moyens économiques d’en faire usage en laissant de côté les citoyens. C’est le point de vue de certains et le risque identifié par les collectivités territoriales elles-mêmes (Gurstein, 2011). Les données ouvertes illustrent très clairement la nécessité de distinguer l’accès et l’usage, la garantie de l’accès n’étant absolument pas une condition suffisante pour que des usages existent. Michael Gurstein propose un modèle d’usage des données qui prend en compte l’accès à internet, à des machines, les compétences techniques en informatique, le contenu et le format des données, les connaissances pour les interpréter, l’accompagnement et la gouvernance, qu’il définit comme les moyens financiers, juridiques, réglementaires et politiques nécessaires à la mise en oeuvre d’une ouverture qui vise les usages réels et pas seulement les déclarations ou les usages de grands groupes économiques.

Un dernier point à examiner est celui de l’efficience des politiques d’ouverture des données, à travers l’instrumentation de l’action publique et la dynamique impulsée par le répertoire d’instruments utilisés dans la mise en oeuvre de la politique d’ouverture des données. Les sciences politiques, la sociologie (Latour) et la socio-histoire s’intéressent depuis longtemps à cette question de l’instrumentation, sans que la question de l’information et de la communication aient été ciblés jusqu’à présent.  L’innovation, liée à la modernisation de l’action publique, peut être considérée comme une forme d’instrumentalisation de la gouvernance (Lascoumes, Simard, 2011) à travers un récit performatif qui va avoir des effets réels sur le cycle de vie de la donnée dans les organisations. Mais l’accélération des politiques publiques ne va pas nécessairement de pair avec leur mise en oeuvre dans les organisations, parce que l’ouverture des données représente un changement profond, du point de vue du management de l’information notamment.

Dans le domaine des sciences de l’information et de la communication, les chercheurs travaillent depuis plusieurs années sur les problématiques d’ouverture des données publiques des collectivités territoriales et de l’Etat. Cette diffusion des données publiques est souvent présentée comme faisant partie intégrante de la mission de service public (Labelle, Le Corf, 2012). Dans le même temps, les portails open data des collectivités territoriales présentent une « uniformisation des modes de communication des informations » (Idem). La mise à disposition de l’information devrait permettre une réutilisation et une réinterprétation des données dans un cadre personnalisé. C’est un thème sur lequel travaille la FING (Fondation Internet Nouvelle Génération), notamment dans le cadre des InfoLabs (infolabs.io). Dans un document de synthèse qu’elle a produit, on voit émerger des questions auxquelles la recherche n’a encore que très partiellement répondu : le lien entre les cultures de travail, les identités professionnelles et les usages numériques des réseaux, les nouveaux collectifs de travail et les communautés épistémiques (Jullien, Crowston, Ortega, 2013), la dimension participative voire militante (Cardon, Granjon, 2010) des usages numériques. Les géographes soulignent l’ancrage territorial de ces données, les enjeux stratégiques auxquels leur libération répond, ainsi que l’importance d’en développer une approche critique à partir des pratiques (Gautreau, Noucher, 2013).

On voit ainsi que sur le plan des principes, une antinomie peut se révéler entre les discours de la participation et ceux de l’innovation et de l’efficience. Les valeurs de participation appellent des modes de gouvernance complexes qui associent les citoyens dans le processus de diffusion et d’usage des données, au prix d’efforts de standardisation, de description, de communication, de formation et d’accompagnement très importantes, dans une temporalité lente, par la constitution d’un réseau d’acteurs. Les valeurs d’innovation appellent une action beaucoup plus rapide, ciblée sur les besoins des entreprises qui prennent en charge les compétences nécessaires.

Anne Lehmans Extrait d’une communication au colloque ACFAS-COSSI, 9-10 mai 2017, Montreal (actes à paraître)

De l'Open Data vers le scénario pédagogique

Stratégies pédagogiques pour diffuser la culture des données ouvertes

Une étude des stratégies pédagogiques pour diffuser la culture des données ouvertes en éducation a été présentée dans le cadre du Colloque COSSI « Méthodes et stratégies de gestion de l’information par les organisations : des « big data » aux « thick data »« , organisé les 11 et 12 mai 2017 à l’Université McGill de Montréal. Vous en trouverez ici le résumé, avant le texte final qui sera prochainement publié dans les actes de colloque de la revue COSSI.

Continuer la lecture

Données ouvertes en éducation et connaissances partagées

Présentation ESPE-Canope lehmans capelle diapo07022017

Une intervention lors de la journée académiques des professeurs documentalistes de la Gironde a permis de réfléchir à la place des données dans l’éducation à l’information aujourd’hui et dans la construction de connaissances partagées.

EIDOS 2017 : forum des pratiques numériques pour l’éducation

https://eidos64.fr/eidos-2017/

Atelier : Data cultures

La donnée devient centrale dans la société et dans l’éducation. Elle peut être abordée comme une question liée à l’informatique mais aussi comme un enjeu culturel et social majeur. A travers trois projets de recherche inscrits dans des problématiques éducatives, nous proposons d’aborder la donnée comme :
– un élément de base de construction des connaissances sur l’information (projet médiation et valorisation des données pour l’éducation)
– un facteur de risques que les élèves doivent savoir maîtriser (projet eR!sk)
– un objet de construction de compétences dans la manipulation des langages informatiques, du numérique et de la robotique (projet Perseverons)
Camille Capelle, Maître de Conférences – Université de Bordeaux (ESPE/IMS)
Anne Lehmans, Maître de conférences – Université de Bordeaux (ESPE/IMS)
Vincent Liquète, Professeur des universités – Université de Bordeaux (ESPE/IMS)

Des données pour des usages en éducation

Les “données ouvertes” (open data) désignent des chiffres, relevés, mesures, réponses à des enquêtes, statistiques, comptages, et autres données quantitatives collectées par les organismes publics ou privés et mises à disposition en format numérique sur des plateformes nationales ou locales permettant leur accès et leur réutilisation par les citoyens ou les entreprises.

Continuer la lecture

Data-cultures

Les données numériques prennent une place grandissante dans la société dite des connaissances. Si les grandes entreprises ont potentiellement les moyens de les exploiter, il n’en est pas de même dans l’enseignement, que ce soit pour les enseignants ou pour les élèves et les étudiants.

Continuer la lecture